Le Talibé ou Garibou selon le pays (en arabe « tâlib » : celui qui cherche, qui demande), est un étudiant du Coran venu d’ailleurs*.

Il est généralement un garçon âgé de 5 à 25 ans confié durant des années à un maître coranique chargé de son éducation.

L’école d’accueil, daara au Sénégal et doudal au Mali, est située dans une ville ou un village loin du lieu de résidence de l’enfant, parfois à l’étranger.

Les conditions de vie des plus jeunes d’entre eux, se sont aggravées à partir des années 70-80, avec les fortes migrations de leurs maîtres vers les villes et l’appauvrissement des populations.P1080051
Aujourd’hui, les enfants se rencontrent fréquemment un peu partout au centre comme aux périphéries des villes, partout (trottoirs, carrefours, feux rouges, pompes à essence, devantures de restaurants) où le passant et l’automobiliste sont à leur portée, ils mendient. Sans même vérifier la qualité de leur apprentissage, en leur faisant réciter quelques versets du Coran, les adultes les ignorent ou les gratifient d’une piécette. Sales et vêtus de guenilles, ils font partie du décor de la ville. Ils ne sont pas ressentis comme un « danger », mais souvent comme une « gêne », par les adultes pressés, qui feignent de ne même pas les apercevoir.

Ils sont obligés de mendier

dans la rue plusieurs heures par jour, pour pourvoir aussi bien à leurs besoins qu’à ceux de leurs marabouts, car la plupart du temps leurs familles n’ont pas les moyens decontribuer financièrement aux dépenses de leurs écoles.

* Le terme talibé indique tous les étudiants du Coran, soit les étudiants résidants dans l’école coranique, soit les autres. Dans ce travail on utilisera le mot talibé pour indiquer les talibés internes, n’ayant pas des termes spécifiques pour les nommer. Le mot talibé mendiant ne nous semble pas approprié car certains talibés résidants ne mendient pas, c’est le cas des certains talibés du centre Hamdallaye à Bamako où Enda intervient en appui aux talibés internes.

L’éducation qu’ils  » autofinancent  » par cette activité, consiste en l’apprentissage par mémorisation du Coran et la connaissance des valeurs de l’Islam. Elle doit leur servir de socle, pour devenir des adultes respectueux des préceptes de leur religion.

Ce ne sont pourtant, que des enfants pourvus de droits, mais leurs conditions de vie sont très dures !

 Ils manquent d’affection, et leur santé est précaire.

Leur situation a amené les autorités, les institutions et ONGs internationales comme Enda à les prendre en compte parmi les enfants  » en situation particulièrement difficile  » et à chercher des stratégies en vue d’améliorer leurs conditions de vie et d’apprentissage.
(sources: http://eja.enda.sn)

Voir toutes les vidéos>